La vulnérabilité de la Femme en voyage : entre mythe et réalité.

marine boys india
On entend dire que les femmes sont fragiles, vulnérables, inférieures aux hommes.
Alors, merci le féminisme et l’évolution des mentalités, on finit par admettre, du moins en Occident, que la femme est l’égale de l’homme.
Pourtant, lorsqu’il s’agit de voyager en solo, cette image de femme vulnérable revient au galop. Et avant d’inquiéter les autres, c’est bien nous, les femmes, qui avons peur.
Mais pourquoi? De quoi ? Devons nous avoir peur ? Sommes nous si vulnérables ?
Après quasiment un an de voyage en solo dans des pays qu’on ne « recommande pas à une femme seule » (d’ailleurs y en a t il?!), j’avais envie d’écrire un peu sur ce sujet qui me tient particulièrement à cœur.
 
 
Selon moi, il s’agit tout d’abord d’un conditionnement sociétal et familial.
Nos sociétés occidentales, bien que modernes, sont encore très machistes.
En France, quand on porte plainte pour viol, on nous demande encore comment on était habillée. Et en Irlande, porter un string justifie un viol!
Quand on porte plainte pour violences conjugales, on nous demande pourquoi on ne s’est pas barrée plus tôt.
En gros, depuis gamines, on nous met bien dans le crâne qu’il ne faut pas s’habiller trop court, pas rentrer trop tard, baisser la tête, pour ne pas « provoquer le danger».
Par contre, on n’apprend toujours pas aux garçons que  “ non “ ça veut dire “ NON“, que mon corps m´appartient et que ce n’est pas parce que je rentre après minuit que j’ai envie de m’faire sauter.
Bref, tout ça vous le savez TOUTES puisque 100% des femmes en France a été ou sera au moins une fois dans sa vie victime de harcèlement sexuel.
Alors cette vulnérabilité, ce danger encouru en tant que femme, il est bien ancré dans nos têtes, donc forcément , quand il s’agit de voyager seule, ça en refroidit plus d’une.
Merci le conditionnement!
 
Oui mais voilà, y a pas que ça !
 
Au delà de la peur qui semble faire partie de nous, et au delà du fait que physiquement (faut l’admettre) on fait pas souvent le poids face à ces messieurs, et bien en voyage, il y a aussi la différence culturelle.
Et ça, on ne peut pas passer outre !
 
C’est sûr, en Occident, c’est pas tout à fait Liberté, Égalité, PARITÉ, mais dans bien d’autres coins du Monde, quand t’es une femme, à part fermer ta gueule tu ne peux pas faire grand chose d’autre.
Alors la différence culturelle, la mauvaise image de la femme et surtout l’image d’actrice porno de la femme blanche, bah vaut mieux l’avoir en tête pour éviter tout « malentendu « .
 
Mais même si on prend en compte les différences culturelles et qu’on accepte de ne pas pouvoir se la jouer grande féministe ni de bouger les choses, cela n’empêche pas quelques situations loufoques, frustrantes et injustes.
 
holi
Déjà, en voyageant seule, tu vas entendre au moins dix fois par jour :  “ Ah bon mais tu voyages seule ?!“ (ton choqué), “Mais tu n’es pas mariée ?“ (ton encore plus choqué).
Tu vas donc te retrouver, dix fois par jour, à expliquer que dans ta culture, la femme est libre et indépendante, que le mariage n’est pas obligatoire et promettre que « oui ça va, oui je suis prudente ».
 
Si vous voyagez avec un homme, ce qui m’est arrivée plusieurs fois sur la route, ne soyez pas étonnées si dans certains pays, les hommes ne parlent qu’à « votre homme » et ne vous adresse pas un mot.
«Et comment elle s’appelle?» , «Euh… je m’appelle Marine et je sais parler».
Je ne vous cache pas la frustration. Mais j’ai toujours préféré en rire.
 
Après, il y a aussi des situations plus relous, comme les mecs qui, vu que t’es seule, te proposent d’aller à l’hôtel et ne comprennent pas vraiment pourquoi tu ne veux pas.
Bah oui, t’es libre et indépendante, alors forcément, le premier venu, il est pour toi!
 
 
Bref, je m’égare un peu, mais pour revenir à la différence culturelle que je vous invite à respecter, ce n’est pas seulement pour le respect de l’Autre, c’est aussi pour éviter l’image des touristes qui font ce qu’ils veulent et des filles blanches qui sont faciles.
 
Alors oui, s’acoquiner d’un étranger pendant le voyage ça arrive, oui se baigner en teeshirt ce n’est pas marrant, mais il est primordial de rester prudente.
En Malaisie par exemple (pays musulman), les locales se baignent en Burkini, et les touristes en… bikini.
Bon, là bas, c’est relativement cool, tout le monde s’en accommode et tolère la culture de l’autre. Mais on peut se poser la question du respect de la part des touristes et de l’image que ça donne de nous.
 
En Turquie par contre, un bikini au coucher du soleil m’a valu une tentative de viol parce que, je cite, « elle avait l’air open ». Donc les filles, voyager seule, oui, respecter la culture, aussi! Et c’est pas pour rien !
 
 
Au début de mon voyage, je ne voulais pas utiliser CouchSurfing ni faire d’auto-stop parce que je flippais en tant que femme.
 
Et puis un jour, j’en ai eu marre, j’en ai eu marre de me mettre des barrières (mentales) juste parce que je suis une femme.
Après moult réflexions et quelques rencontres encourageantes (merci Inès!), j’en suis venue à la conclusion (pas très joyeuse j’vous l’accorde) qu’être une femme c’est dangereux, dans tous les cas!
Ici, ailleurs, à la maison ou dehors.
Alors une fois qu’on passe au dessus de ça, et bien… On se lance !
Et quel bonheur !
 
C’est vrai que la première fois que je suis montée dans un poids lourd en Ouzbékistan, j’faisais pas la maline.
Mais quand ce Monsieur m’a raconté sa vie (en mi anglais, mi russe), qu’il m’a acheté du popcorn, invité pour déjeuner et payé un taxi pour les derniers kilomètres restants, j’ai été trop heureuse et trop FIÈRE.
Fière, parce que moi, petit bout de femme, j’avais «survécu» comme une grande.
Puis heureuse aussi de voir que, finalement, les gens sont bons.
Et si tout ça c’était que dans ma tête ?
Oui, les gens sont bons !
 
Et en plus, on ne va pas se le cacher, voyager en tant que femme, c’est un sacré avantage. Tout le monde prend soin de toi, veille à ce que tu ailles bien, que t’es bien bu, bien mangé, t’offre un trajet ou un toit.
Une vraie princesse quoi !
 
 
Quand on se libère de toutes ces peurs (dues principalement au conditionnement), c’est la LIBERTÉ, la vraie !
Et de là, ce qui a découlé pour moi, c’est beaucoup plus de confiance en moi et de force mentale.
 
marine jaisalmer
Mais voilà, ce qui me fait écrire cet article, c’est que je suis passée par les étapes de peur et de freins, celle du dépassement de tout ça, la libération, le bonheur.
Mais qu’à un moment, cette fameuse VULNÉRABILITÉ, cette réalité que je ne croyais être plus qu’un mythe, j’me la suis prise en pleine face.
 
Parce que dans tout ce conditionnement, cette différence culturelle, cette différence hommes/femmes. Il y’ a un moment, un d’ces bons hommes décide de te faire du mal, ou du moins d’essayer (parce que Miss Courage avec l’aide de sa copine Adrénaline, elle s’en tire toujours à peu près bien).
Et quand toi, la grande voyageuse, pleine de force et de confiance, tu te retrouves victime d’un homme, ça te coupe les ailes.
 
Et perso, ça m’a mit à terre quelques jours, j’ai été très en colère de l’injustice faites aux femmes, très triste de devoir m’avouer vulnérable, très apeurée, découragée.
Puis à chaque fois, pleine de positivisme, je conclus que tout arrive pour une raison, qu’il y a toujours quelque chose à en apprendre, que j’vais bien, et que oui c’est injuste mais que c’est comme ça. Que le risque est partout, que je suis vulnérable, parfois, mais que je suis aussi libre, indépendante, courageuse, PRUDENTE et surtout, VOYAGEUSE !
 
Alors, bon vent !!!
deseert
Publicités

Premier article de blog

Il s’agit de votre tout premier article Cliquez sur le lien Modifier pour le modifier ou le supprimer ou commencez un nouvel article. Si vous le souhaitez, utilisez cet article pour indiquer aux lecteurs pourquoi vous avez commencé ce blog et ce que vous envisagez d’en faire. Si vous avez besoin d’aide, adressez-vous aux gentils utilisateurs de nos forums.